@@© 2017 Kyoko NAGASHIMA
@Dual@@@ @
s Je pense que nous vivons dans un monde, ce monde, mais qu'il en existe d'autres tout pre`s. Si vous le deLsirez vraiment, vous pouvez passer par-dessus le mur et entrer dans d'autres univers. t@@@ Haruki Murakami

Passages

Lors de ma premie`re rencontre avec Kyoko Nagashima j'ai eLteL fascineLe et inteLresseLe par son travail offrant des possibiliteLs de passer de l'autre co^teL du mur, de basculer dans d'autres univers. Nous avons l'impression de flotter au dessus d'un monde suspendu, d'e^tre hors du temps, dans un eLtat de somnolence... A` travers ses eLcrits, Haruki Murakami nous fait percevoir d'autres univers. A travers son travail, Kyoko Nagashima creLe des passages pour acceLder s de l'autre co^teL du miroir t, nous montre les circulations entre le conscient et l'inconscient.

s Paysages oniriques t pourrait e^tre la premie`re deLfinition que je donnerai du travail de Kyoko Nagashima. Les architectures de l'ensemble photographique There semblent irreLelles, suspendues hors de notre temps, rappelant celles du vaisseau spatial de 2001 l'OdysseLe de l'espace de Stanley Kubrick.
Kyoko choisi de reLaliser toutes ses photographies sur du lenticulaire acrylique 3D ce qui leur donne un effet mouvant et vaporeux accentuant ainsi cette impression de paysage onirique, aeLrien. Face a` ces hologrammes nous nous sentons happeLs par l'atmosphe`re, envahit par la deLlicatesse du surnaturel, pre^ts a` basculer de l'autre co^teL du mur. L'absence d'e^tre vivant dans ces espaces se fait d'autant plus ressentir que notre ombre se trouve brouilleLe par le meLdium. Nous perdons nos repe`res et nous nous abandonnons a` la re^verie.

Cette perte de repe`re nous la retrouvons dans la seLrie Tune, ou` cette fois-ci un personnage feLminin fro^lant l'eLvanescence se cherche et s'eLgare a` travers un univers sylvestre et fantasmagorique. Pour la photo, le proceLdeL holographique permet a` ce personnage d'apparai^tre et de disparai^tre selon nos deLplacements.
Dans la videLo, ce me^me personnage deLambule deLlicatement dans cette fore^t, espace infini, propice a` la reLflexion. Une observation minutieuse permet de deLcouvrir que la fore^t et la jeune femme ne se refle`tent pas dans une surface aquatique mais que cette videLo preLsente une image en deux parties. Ainsi deux mondes sont proposeLs. Le passage de la frontie`re entre ces deux univers est flou et mouvant comme le deLmontre le glissement et le renversement qui s'ope`rent dans la videLo. Celle-ci peut-e^tre projeteLe au sol ou au plafond offrant ainsi la possibiliteL de tourner autour et d'avoir diffeLrents points de vue.

Dans Spiral, deux personnages feLminins diaphanes descendent deux voleLes d'escalier en spirale. Elles circulent dans cet espace suspendu, figurant la`-aussi une expeLrience initiatique essentielle a` la construction et a` la connaissance de soi. Cette deLambulation fluide reLve`le le mouvement creLeL par les deux voleLes d'escalier. Kyoko a choisi ici le proceLdeL en neLgatif effacant toute trace de reconnaissance de l'architecture et des personnages, laissant place a` la reLflexion et a` l'introspection.

Ces eLtats sont traiteLs diffeLremment dans le triptyque videLo Mirror. Deux dureLes s'entreme^lent, se superposent, deux mondes se co^toient. Lustre en cristal ; paysages urbains a` travers une fene^tre ; jeune femme eLtheLreLe aux multiples ombres.

Le monde de Kyoko Nagashima, d'une grande sensibiliteL, est a` la fois leLger et ceLreLbral. HappeLs par le mouvement continu qui traverse son oeuvre nous sommes profondeLment captiveLs par son univers eLtheLreL. Son langage limpide, fluide est une manie`re diaphane de raconter une histoire ou` les choses et les e^tres ne peuvent e^tre qu'effleureLs, nous conduisant ainsi vers les profondeurs infinies de l'onirisme et de notre inconscient.

LeiNla Simon
commissaire de l'exposition, Dual